La formation professionnelle – [Focus]

Après tant d’année de discussion sur le sujet, l’Etat a confirmé son engagement à mettre en œuvre des « formations prioritaires pour l’emploi ». Aujourd’hui les entreprises, premiers contributeurs de la formation professionnelle, financent 13,7 milliards d’euros sur les 32 milliards dépensés. Le 22 janvier dernier, l’Etat a présenté au conseil des ministres son nouveau projet de loi sur la formation et sera débattu au Parlement en février 2014. Les réformes devraient rentrer en vigueur dès le 1er janvier 2015

formation professionnelle, dif, compétences     

2014, l’année de la formation professionnelle

L’Etat a annoncé son objectif, de faire progresser le nombre d’apprentis de 435 000 à 500 000 en 2017. Le Gouvernement engage une révision en profondeur du système de la formation professionnelle afin d’améliorer et faciliter l’apprentissage. Pour cela, des projets de réformes sont en cours. Alors l’année 2014 que va-t-elle changer ?

  1. La compétence des régions va être renforcée : Les régions mettent en œuvre des programmes en concertation avec les partenaires locaux et gèrent des budgets de formations régionales. Il est prévu que les régions multiplient la mise en place de leurs politiques d’apprentissage par rapport à leurs territoires régionaux.
  2. Les contrats d’apprentissage : Désormais, les contrats d’apprentissage pourront s’effectuer dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée.
  3. Les Centres de formation d’apprentis : Les CFA  auront la possibilité de renforcer leurs actions auprès des apprentis et de pouvoir les aider davantage dans la consolidation de leurs projets de formation.
  4. Un nouveau système pour aider les salariés dans leurs activités : Mieux bâtir leurs projets de formation est un objectif phare pour les salariés. C’est donc pour cela que l’entretien professionnel sera renforcé et le CPF (compte personnel de formation), qui va bien plus loin que le DIF (droit individuel à la formation), permettra de capitaliser un droit à la formation utilisable à tout moment de sa carrière. Dès le 1er janvier 2015, les heures acquises par le biais du DIF en 2014 seront automatiquement transférés sur le compte CPF.
  5. Pour les entreprises, la formation deviendra une obligation d’investissement : aujourd’hui, les entreprises consacrent en moyenne 0,9% de leur masse salariale à la formation de leurs employés et 0,55% pour les entreprises de moins de 10 salariés. Le projet de loi de 2014 souhaite augmenter ce chiffre estimant cela impératif. Ce sera donc 1,6% que les entreprises seront tenues de dépenser par an pour la formation de leurs salariés.
  6. Ouvrir aux chômeurs un meilleur accès à la formation : C’est en effet, seulement 1 chômeur sur 5 qui a bénéficié en 2011 de la formation. Les conseillers de pôle emploi seront donc mieux informés sur les formations existantes pour pouvoir orienter les demandeurs d’emploi vers celles les mieux adaptées à leurs besoins.
  7. Terminé le financement par l’OPCA : Dès le 1 janvier 2015, le financement des organisations syndicales et patronales ne seront plus directement financé par l’OPCA (Organisme paritaire collecteur agréé). En effet, l’Etat souhaite « clarifier » les fonds monétaires des partenaires sociaux. Désormais les fonds seront financés par l’Etat et les entreprises. Les fonds monétaires entre les puissants partenaires sociaux tels que la CFDT ou la CGT et les plus petits organismes syndicaux comme la CFE CGC CFTC et FO étaient inégaux, l’Etat souhaite donc imposer une règle égalitaire pour la répartition des contributions. Afin de suivre la diffusion de ces fonds, les bénéficiaires devront publier un compte rendu détaillé de leurs actions annuellement adressé au Parlement et au Gouvernement.

La formation professionnelle, quelles utilités ?

La formation professionnelle est une pratique qui accompagne les salariés tout au long de leur vie active. Chaque individu recherche une utilité différente par le biais la formation. Pour les entreprises, cette formation s’avère importante car elle contribue à augmenter la qualification de ses salariés en vue d’offrir des perspectives d’évolution plus encourageantes. En effet, certains salariés souhaitent acquérir des compétences complémentaires à celles déjà obtenues afin de renouveler leurs savoirs et élargir leurs compétences professionnelles. Le monde actuel évolue de façon constante et perpétuelle, il est ainsi favorable pour les salariés de se former face à l’augmentation des nouvelles technologies et de la problématique concernant le développement durable et l’environnement.

Les logiciels se perfectionnent, les moyens de communication deviennent obligatoires, c’est alors un enjeu pour l’entreprise et ses salariés de pouvoir répondre à ces nouveaux besoins du marché et développer l’activité économique de l’entreprise. La formation professionnelle n’est pas seulement, une formation capable de développer de nouvelles compétences, elle est aussi l’occasion pour un salarié de se réorienter et d’apprendre un nouveau métier.

De nombreux aspects peuvent donner à un actif la volonté de se lancer dans un nouveau secteur d’activité. En effet, se réorienter peut être suscité par des motivations très variées comme par exemple la volonté de se projeter dans un secteur davantage porteur par peur de l’avenir, pour des raison de santé ou tout simplement par un manque de motivation lié à un poste qui ne correspond pas ou plus aux attentes espérées.

Enfin, la formation professionnelle est une dynamique afin de valoriser ses compétences dans le cadre de la VAE (Validation des acquis de l’expérience). La VAE, permet aux salariés de faire connaitre leurs compétences pour accéder à un nouvel emploi ou permettre l’obtention d’un poste à responsabilité. Grâce à une expérience de plus de 3 ans dans un domaine spécialisé, les salariés peuvent acquérir un diplôme ou un titre professionnel leur permettant  d’obtenir une certification et faire de ces salariés des professionnels qualifiés et reconnus comme tels.

La formation professionnelle, divers acteurs pour garantir sa pérennité

L’État est l’acteur majeur dans la formation professionnelle. Il définit le cadre législatif et règlementaire de la politique de formation professionnelle et de l’apprentissage. Le gouvernement est le garant du bon fonctionnement des formations et est le principal financer de plusieurs mesures pour les jeunes, les demandeurs d’emplois, les salariés et les entreprises. L’État est aussi celui qui encadre les redistributions des fonds monétaires et les taxes d’apprentissage concernant la formation vers les partenaires sociaux. Les partenaires sociaux, eux, regroupent les principaux syndicats professionnels, syndicats de salariés et des principales organisations patronales.

Des institutions privées comme Direct Formation proposent un large panel de formations en alternances, continues, ou initiales. Direct formation, est un organisme qui permet aux entreprises de poster sur son site des formations en tout genre afin que les personnes à la recherche de formation en adéquation avec leurs projets professionnelles, puissent en être informées. Direct formation est un site relai, une plateforme de recherche facilitant les démarches des demandeurs de formation.

Trouvez une formation est souvent compliquée et les utilisateurs sont souvent perdus et ne savent pas quelles formations exercer par rapport à leurs besoins. Direct formation regroupe les formations en alternance, continues ou en initiales pour que les utilisateurs aient accès à l’ensemble des propositions qui s’offrent à eux et choisissent la meilleure des options en fonction de leurs parcours de vie et de leurs projets d’avenir. Il est également possible d’accéder à des articles concernant le DIF (droit individuel à la formation) ou encore le FONGECIF (Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation) en charge des CIF (Congés Individuels de Formation) et des VAE dans le cadre de la formation continue.

Les prestataires de formations sont aussi des acteurs majeurs dans la recherche de formations professionnelles. Ils regroupent 45 000 organismes de formation qu’elles soient publiques ou privées.

Pôle emploi, établissement public à caractère administratif a pour mission de proposer aux demandeurs d’emploi des AIF (aides individuelles à la formation)  afin de contribuer au financement des frais pédagogiques. Pôle emploi, acteur prépondérant dans la recherche de formation propose également des aides de types POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi) ou AFPR (Action de Formation Préalable au Recrutement) pour tenter de combler l’écart entre les exigences des postes proposés et les compétences du candidat. Pôle emploi met à disposition aussi des formations en alternance comme les contrats d’apprentissage qui permettent d’exercer une activité professionnelle dans une entreprise tout en obtenant le statut de salarié ou encore le contrat de professionnalisation qui procure aux salariés, la possibilité d’acquérir une qualification recherchée sur le marché du travail.

Le CFA, organismes tout autant public donne aux apprentis l’accès à une formation générale et technique qui complète la formation reçue dans les entreprises.

Enfin, L’AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes) délivre des solutions de formation sur mesure adaptées aux salariés et aux demandeurs d’emploi. Leurs formations récompensent d’un Titre Professionnel, délivrées par le ministère de l’Emploi, reconnu par les employeurs.

This entry was posted in Informations pratiques. Bookmark the permalink.